Bandeau logo de l'association Cavacs-France

Les cas derrière Gérard Miller

créé par Celia Barberán - Dernière modification le 07/02/2024


Plus d'une dizaine de cas de femmes ont été récemment révélés dans lesquels elles dénoncent les abus sexuels, viols et abus de pouvoir subis par le psychanalyste Gérard Miller. Ces cas se sont produits entre 1995 et 2016, et trois d'entre elles étaient mineures. Face à tout cela, Miller déclare qu'il n'a "jamais forcé personne".

Tout a commencé à se savoir après une enquête du magazine Elle, publiée le 31 janvier 2024, dans laquelle le témoignage de trois victimes a été recueilli. Toutes ont ressenti le besoin de raconter ce qui s'était passé, après tant d'années d'un silence tortueux. En réponse à cette nouvelle, le journal Mediapart a mené une enquête parallèle sur l'affaire, mettant à jour dix nouveaux cas d'abus sexuels, de viols et d'abus de pouvoir perpétrés par le psychanalyste Gérard Miller.

Le modus operandi

D'après les témoignages des victimes, on peut conclure que le modus operandi de Miller était le même : il les aurait invitées à prendre un verre chez lui pour simplement "avoir des conversations intéressantes" sur la psychanalyse. Une fois que les filles acceptaient, il leur proposait de l'alcool puis une séance de "relaxation" ou “d'hypnose", où il leur posait également des questions gênantes sur leur intimité sexuelle ou faisait des commentaires très impertinents à ce sujet, se permettant même de toucher certaines d'entre elles.

Le profil des filles était plus ou moins le même, des jeunes filles âgées de 16 à 25 ans, qui éprouvaient de l'admiration et du respect pour le personnage de Miller, car il était une figure connue dans son domaine. Il est clair qu'il a usé de son influence et de son pouvoir sur elles, les rendant vulnérables. Miller avait une façon très sibylline d'utiliser ses mots pour établir cette posture de supériorité et de fausse érudition. De plus, il ne faut pas oublier qu'il était beaucoup plus âgé que les jeunes femmes, avec environ plus de 30 ans d'écart.

Utiliser les médias pour dénoncer 

Nous pourrions donc dire qu'il s'agit d'un exemple clair d'un auteur qui utilise son statut de pouvoir pour commettre ses méfaits et qui veut s'en tirer à bon compte. Malheureusement, il existe de nombreux cas de ce genre dans le monde intellectuel et culturel.
C'est pourquoi nous devons exiger l'importance de commencer à utiliser les médias pour faire la lumière sur ces affaires. Dans ces cas, il n'y a pas de tribunal pour établir une vérité procédurale avec un récit de faits avérés. C'est à la société de tirer ses propres conclusions, en fonction de la crédibilité des données sur les faits rapportés. À tout cela, il convient d'ajouter que la véracité n'est pas affectée par le fait qu'une victime mette des années à raconter les faits. Ce serait ignorer le processus interne des victimes, surtout lorsqu'il s'agit de femmes ayant subi des formes de violence les plus diverses.

SOURCES

Dix nouveaux témoignages contre Gérard Miller, une plainte déposée - Mediapart

Enquête exclusive : le psychanalyste Gérard Miller accusé de viol et d’agressions sexuelles sous hypnose - ELLE

Dix nouvelles femmes accusent Gérard Miller d’agressions sexuelles - ELLE