Témoignages



 

Je voudrais coucher avec maman

Par Illel Kieser 'l baz,

À travers des forums...


Notre société confond souvent dans un même espace de compréhension le plan de la réalité de tous les jours, la réalité physique objective, et le plan plus mystérieux de l'imaginaire, ce que d'aucuns nommeront symbolique. Les règles et les interdits n'y sont pas les mêmes et l'imaginaire s'octroie des libertés qui font souvent peur... Il n'y a pas que les cauchemars, les monstres de la nuit sont polymorphes, effrayants et souvent invisibles.
Si nous avons tendance à faire barrière à ces irruptions de l'impromptu de la nuit, d'autres peuples, dans le passé, mais aussi ailleurs en ce moment procèdent tout autrement.

Quelque part il y a très longtemps un enfant dit :
« je voudrais coucher avec maman. »
Maman va voir papa, lequel va voir le chaman.
Le chaman prend l'enfant :
« Alors on veut coucher avec maman ? Ho merveille ! »
Visages émerveillés du papa et de maman.
Le chaman amène l'enfant sur l'autel de la Déesse Mère, ambivalente et terrible car, dit-on, elle croque les enfants dès la naissance. Elle sait aussi être généreuse car elle donne à l'Homme qui sait agir d'abondantes nourritures.
Gare à celui qui voudrait échapper à sa férule.
Ce sera la fête ! L'enfant est consacré et le chaman de conclure.
« Voilà un enfant qui est né, bienvenu à toi qui désires vivre parmi les humains. »
« Quoi ? » dit l'être raisonnable que nous sommes,  « mais il est déjà né cet enfant ! Encore des histoires de magie de grigri, etc. »
— Hé bien non !
L'enfant a bel et bien émis le désir de naître à la vie des humains en exprimant que quelque chose en lui voulait
« coucher avec sa maman ». Et ses parents ont immédiatement réagi là et comme il le fallait : porter l'enfant sur les fonds de sa nouvelle naissance, consentie celle-là, en alliance avec cette force en lui qui s'était signalée soit dans des rêves soit autrement, par des images !
Coucher avec sa vraie maman, c'est impossible – tout le monde le sait dans la tribu – mais coucher avec la déesse, oui ! même incontournable et nécessaire ! Telle fut la vérité exprimée par l'enfant. Avec cette émotion que seul l'enfant peut avoir à ce moment, dans l'émerveillement, l'élan et la joie d'un éveil au monde des humains.

Où se passe ces choses ? Dans la réalité psychique intérieure de l'enfant et elle lui murmure : « En aimant tout ce que la terre a nourri, tu viens parmi les humains, tes parents, la tribu, la nation... »
« Elle te protègera car, jamais plus tu ne sera menacé d'être englouti par ses monstres. Tu es maintenant assez fort pour les combattre. »

Qui est ce Tu à ce moment ? Ce que nous nommons Conscience.
Avant que ne naisse le petit ego la Conscience est là en préforme mais elle n'a pas encore forme humaine.(Les habitants des îles Fidji disent qu'un enfant n'est pas encore humain, c'est un être de l'eau) L'enfant sort de la gangue d'émotions et d'ambiances à l'état brut dans laquelle il baignait durant sa prime enfance et mû par la fougue surgie à la vision de la beauté de sa mère, se rue vers la communauté des humains dans laquelle le chaman lui promet qu'il pourra œuvrer. Avant cela, selon ces représentations du monde et de la vie, l'enfant n'est pas encore un être humain.


Comment le dire autrement ?
« Au plan réel, l'interdit de l'inceste est fondamental, sa transgression jamais consentie ! »
— Que veux-tu dire par au plan réel ; pourquoi préciser plan réel ?

— Au plan réel, concret, de la vie courante quotidienne. Au plan de la chair, de la Conscience, voilà des synonymes.
Il existe en effet une "réalité physique objective" qui est celle de la matière, la seule, d'ailleurs, à laquelle la raison peut s'appliquer.


« Mais que voudraient dire les fantasmes de coucher avec maman et patati... »
— I
l n'y a de réponse qu'au plan imaginaire ! Ce qui se passe dans l'imaginaire ne souffre de réponse qu'au plan de l'imaginaire. Encore faudrait-il que ces fantasmes existent vraiment. Je me demande s'il ne s'agit pas souvent d'une invention des adultes, des sachants.

— Peux-tu expliquer ce que tu veux dire, merci à toi ?

« Nous sommes là au plan de la "réalité psychique objective." Et c'est une tout autre histoire !
Quand le petit garçon veut coucher avec maman. Au plan de la réalité physique objective. Ce fantasme ne veut rien dire d'autre que ce qu'il dit.
 »
— Avec ta maman ?
– Oui !
– C'est non !
– Pourquoi,
– Parce que c'est comme ça !

Telle est la réalité de l'interdit de l'inceste et du devoir de tout parent de le perpétuer. C'est Non !
Mais on s'arrête là, sans envisager un seul instant qu'il puisse aussi s'agir d'un impérieux appel de la Déesse Mère, du complexe mère – dirait un psychologue. Et, au lieu de fomenter des craintes sur la naissance éventuelle d'une déviance, nous pourrions entendre cette voix, cet élan vers l'humain. Il nous manque, par trop de matérialisme et de raison ce pont qui assurerait un lien à l'imaginaire.
Cela touche aux fondement de nos sociétés... mais c'est une autre histoire.

 

Catégories :
réalité, symbolique, imaginaire, Lewis Caroll, pedophile, Agression sexuelle, pédocriminel, inceste, violences conjugales, viol

 



Dernière mise à jour : 08 décembre 2015
Pour tous renseignements ou assistance : info(AT)cavacs-france.com
Un appel téléphonique : (33) 06 87 34 11 40