Qu'est-ce qu'un traumatisme ?

Nous réagissons tous différemment aux atteintes portées à l'intégrité de notre personne. Le traumatisme est une réaction émotionnelle déclenchée par une blessure que nous sommes incapables de gérer.
Que l'impact de la blessure soit physique, sexuel ou émotionnel, tout notre organisme est ébranlé. Voici  quelques types d'événements traumatiques qui touchent le plus couramment les hommes et les femmes :

– agression physique
– agression sexuelle, y compris les sévices sexuels durant l'enfance
– violence verbale
– menace d'agression physique ou sexuelle
– témoin de violence envers autrui
– victime de négligence prolongée durant l'enfance

Il faut également savoir qu'il n'existe pas d'évaluation type pour connaître le préjudice subi par la victime. Tout dépend de la sensibilité de la personne, de la brutalité de l'impact, de son étalement dans le temps.
C'est en écoutant attentivement la victime, en l'accompagnant dans le temps que l'on peut vraiment évaluer le préjudice subi.

Peut-on guérir d'un inceste ?

Le terme guérir n'est pas approprié car il laisse penser à une maladie dont souffrirait la victime. Plus le traumatisme est précoce plus il impacte la construction de la personnalité. C'est en envisageant les choses sous cet angle que l'on peut ouvrir des voies de reconstruction. Il n'y a donc pas de fatalité en ce domaine. Et c'est en étant accompagné par un thérapeute expérimenté que vous pourrez vous reconstruire.

Quelles sont les répercussions sur la vie de l'adulte ?

Les répercussions sur votre vie d'adulte dépendent de deux facteurs, l'un endogène, l'autre exogène : votre sensibilité, la façon dont vous réagissez aux événements peut rendre difficile votre capacité à accepter vos émotions. Tout en sachant que sensibilité n'est pas fragilité.
Ensuite, de manière externe, la durée et la puissance du trauma nous impacte en proportion.
D'une manière générale Les traumatismes influencent nos capacités perceptives, nos sensations et nos émotions. Si bien que sur la durée d'une vie ils peuvent nous empêcher de vivre pleinement des relations satisfaisantes. La personne rescapée de traumas anciens risque de se créer une sorte de bouclier très sensible qui maintient sa conscience constamment aux aguets. D'où des conséquences hormonales et organiques qui devront être entendues comme liées aux traumatismes.
Malgré ce tableau plutôt sombre, il faut savoir que toute personne affectée par des traumas et leur suite traumatique aura cultivé un petit coin sous abri dont elle maintiendra l'existence toute sa vie. Et c'est en s'appuyant sur l'existence de cet abri que la personne pourra se reconstruire.  

Dois-je en parler à mon compagnon ? À mes enfants ?

Si la réponse à la question paraît simple, la mettre en œuvre l'est beaucoup moins.
Un grand principe : en parler vaut mieux ! En parler libère !
Il faut choisir le moment, bien entendu. Ne pas avoir peur de parler et si votre compagnon de vie n'accepte pas ces confidences, si cela lui paraît trop lourd, il ne pourra pas vous accompagner dans votre démarche de reconstruction.
Concernant les enfants, la question est plus délicate. il est difficile de cacher des secrets aux enfants... La curiosité de l'enfant se porte là où il y a des secrets. En participant à un groupe de parole dans votre ville, avec votre compagnon, vous pourrez choisir le moment où vous serez l'un et l'autre en mesure de parler avec vos enfants.

Est-il vrai que les victimes d'agressions sexuelles dans l'enfance auraient tendance à reproduire ces agressions sur leurs propres enfants ?

Pour certains psychologues cela fait encore débat... Mais, à partir du moment où vous aurez changé de milieu, affronté vos souffrances intérieures, vous serez en mesure de vous assurer une vie plus sereine, donc de vous éloigner d'une répétition fâcheuse. Il n'y pas de gène de la perversité !
 

Catégories :
Agression sexuelle, pédocriminel, inceste, violences conjugales, viol

 



Dernière mise à jour : 16 novembre 2015
Pour tous renseignements ou assistance : info(AT)cavacs-france.com
Un appel téléphonique : (33) 06 87 34 11 40